Categories
conseils cheval, Sujets De Santé

Mouches chez les chevaux : comment les éloigner ?

Dès le début du printemps, les mouches commencent à envahir les chevaux dans les prairies en rendant leur quotidien difficile à vivre.

Les mouches, les taons, les moustiques et les insectes volants en général, sont attirés naturellement par la saleté et les traces de sudation des chevaux. Les mouches se logent principalement au niveau des zones humides et des crins du cheval.

Afin de préserver le bien-être du cheval, il est essentiel d’adopter les bonnes pratiques. Lore & Science livre tous les secrets pour protéger durablement les chevaux des mouches.

Les mouches sont-elles dangereuses pour les chevaux ?

Les mouches, d’apparence inoffensive, peuvent causer de nombreux ennuis aux chevaux. Certains équidés sont plus sensibles que d’autres à ce phénomène et peuvent ressentir une très forte gêne. D’autres sont susceptibles de développer des symptômes allergiques.

Cette gêne quotidienne peut modifier drastiquement les habitudes du cheval ainsi que la répartition du temps consacré à ses activités. Les durées et les périodes de sortie sont modifiées pour limiter la présence des insectes. L’alimentation, le repos et les déplacements se trouvent également impactés.

Cet ensemble de changements peut devenir une source de stress et d’anxiété chez le cheval et engendrer une modification du comportement chez ce dernier.

Outre l’inconfort et l’agacement remarqués chez le cheval, les mouches peuvent notamment causer des conjonctivites et des lésions internes. Les piqûres de moustiques peuvent transmettre des maladies graves telles que la fièvre West-Nile.

Toutefois, il existe des solutions permettant de limiter la présence de mouches dans les écuries et dans les paddocks. Avant toute chose, il est primordial de reconnaître les différents types de mouches qui mènent la vie dure aux chevaux.

Les mouches chez le cheval

Les types de mouches chez les chevaux

1 Mouches plates

Le mot d’ordre des mouches plates ou mouches araignées, c’est le harcèlement continu. Elles rendent la vie des chevaux très difficile entre avril et octobre avec un pic d’activité en été. Contrairement à d’autres insectes où uniquement la femelle pique, chez les mouches plates les mâles participent également aux piqûres.

Leurs morsures sont particulièrement douloureuses et engendrent des réactions soudaines de défense chez les chevaux. De l’anxiété peut également apparaître.

Il faut savoir que les mouches plates se placent dans des endroits souvent inaccessibles pour les chevaux, principalement en région périnéale. On peut citer les zones de la queue, des mamelles, du bas du ventre et de l’intérieur des cuisses.

2Mouches noires

Les mouches noires représentent chaque année un fléau pour les chevaux. Ces insectes sont généralement de couleur rougeâtre à noir et mesurent entre 2 et 6 millimètres. Au vu de leur coloris et de leur taille, les mouches noires sont souvent confondues avec les mouches normales. C’est pourquoi leur danger est souvent sous-estimé.

Dès l’arrivée du printemps, elles s’installent au niveau des oreilles et de la zone abdominale. Leurs piqûres et plus précisément la salive de la mouche, provoque des réactions allergiques sévères accompagnées de fortes démangeaisons. Ces dernières sont comparables à de l’eczéma avec une apparition de croutes à la surface de la peau.

Les mouches noires sont vecteurs de transmission de la dermite estivale chez le cheval. En effet, beaucoup de chevaux sont allergiques à leur salive.

Il s’agit d’une maladie chronique de la peau qui se caractérise par des lésions cutanées. Plus les plaies s’agrandissent, plus les mouches noires sont nombreuses. Il est donc primordial de prendre en charge l’animal dès les premiers signes d’infection.

3Taons

Le taon est facilement reconnaissable de par sa taille plus importante que celle des mouches classiques. Les piqûres des taons femelles sont non seulement douloureuses mais également dangereuses pour le cheval.

En effet, les piqûres risquent de faire paniquer l’équidé en le rendant très agité et provoquer des comportements anormaux. Les taons peuvent notamment transmettre des maladies comme l’anthrax ou encore la maladie de Lyme. Les taons mâles quant à eux sont inoffensifs puisqu’ils se nourrissent de nectar de fleurs.

Les chevaux sont le plus souvent piqués dans les paddocks. Ces insectes sont attirés par la transpiration qu’émet le cheval mais également par les mouvements, la chaleur et le dioxyde de carbone émis par la respiration. Les séances de travail avec le cheval sont donc à éviter autant que possible par temps chaud.

Comment protéger les chevaux des mouches ?

Spray répulsif anti-mouches

Parmi les solutions pour éloigner les mouches, il existe les sprays répulsifs. Le laboratoire Lore & Science a mis au point le produit Stop Mouche à base d’huiles essentielles et d’huiles végétales. L’action des huiles naturelles constituent un répulsif naturel contre les mouches.

Sa formule, étudiée selon les techniques de la parfumerie, permet de repousser durablement les mouches, les taons et les moustiques.

Ce spray 100% naturel est à vaporiser directement sur le cheval en évitant le contact avec les yeux. Si le cheval est effrayé par le bruit du produit lors de son utilisation, il est toujours possible de l’appliquer à l’aide d’un chiffon propre ou d’un gant.

Accessoires anti-mouches

Une autre solution consiste à utiliser des protections adaptées. Les masques anti-mouches permettent de lutter contre ces insectes qui viennent sur les yeux des chevaux. Il existe différents types de masques, avec ou sans couverture des oreilles. De même, il est possible d’opter ou non pour une protection du museau.

Les couvertures anti-mouches quant à elles, réduisent les piqûres des taons et des mouches en protégeant une large surface du corps du cheval. Elles permettent également d’éloigner les moucherons qui apparaissent le soir.

Entretenir le milieu de vie du cheval

Il est indispensable d’entretenir l’environnement de vie du cheval pour une hygiène irréprochable.
Les actions sont multiples et simples à mettre en place :

  • Nettoyer et désinfecter régulièrement les boxes ;
  • Disposer le fumier à l’écart de l’écurie ;
  • Créer des courants d’air dans l’écurie. Les mouches ne les supportent pas ;
  • Eviter les sorties ainsi que les séances de travail lorsqu’il fait chaud. Il est préférable de s’orienter vers les moments au petit matin ou tard le soir. Il est également possible d’organiser des séances dans un manège couvert afin d’être au frais ;
  • Privilégier des sorties en groupe pour assurer une entraide mutuelle. Cela leur permettra de chasser les mouches.

Il est également conseillé de surveiller la présence des points d’eau stagnante à proximité des chevaux. Celle-ci a tendance à attirer davantage les mouches et les moustiques.

 

Vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à réagir dans les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Catégories

Archives